StefanBck

Fragments d'instants

LiquidArt

Je vous ai parlé lors d’un précédent article de la waterdrop machine pour réaliser de la collision de goutte ou liquidart. Après vous avoir montré quelques exemples et essais de base, il est temps pour moi de vous dévoiler mon installation et ma configuration. Ça tombe bien, avec le Covid-19 et le confinement qui en découle, j’ai plutôt pas mal de temps à consacrer à ce genre de photographies.

Pluto trigger

Voici tout d’abord, l’ustensile magique, celui sans lequel rien ne serait possible : le Pluto Trigger. Grâce à ce boitier a peine plus gros qu’une petite boite d’allumettes, il est possible de s’amuser avec toutes les techniques High Speed et notamment le liquidart. D’après leur site internet, il est possible de faire de la collision de gouttes, de la photographie d’éclair, de déclencher en fonction d’un son, d’une lumière ou de franchissement d’une barrière laser, bref, une multitude de possibilités grâce à un boitier qui tient dans la main.

Il existe bien entendu, d’autres boitiers capables d’en faire autant, mais je ne les connais pas. J’ai commandé le pluto après avoir vu une pub sur instagram et jeté un œil sur leur site internet :

Pour le moment je me concentre sur les collisions de gouttes, donc je n’ai pas encore essayé les autres possibilités du boitier, mais il y aura probablement un article lorsque ce sera fait.

Afin réaliser ces collisions, j’ai également acheté sur leur site la pluto valve (bouteille de mariotte + valve), le magic Arm (bras articulé permettant de fixer la pluto valve sur un pied) et un câble pour relier mon apn au boitier. Attention a bien commander le modèle de câble spécifique à votre appareil photo si vous souhaitez investir dans cette solution. Avec le cours du $ et de l’€ à l’époque de l’achat. Je m’en suis tiré pour 119€, le tout livré en 2 semaines environ.

accessoires

J’utilise également du matériel qui était déjà en ma possession et investi dans quelques accessoires :

  • Divers pieds photos
  • déclencheurs IR Cactus V4 (remplacé par V6)
  • flashs argentiques (acheté 5 à 10€) sur leboncoin
  • piles rechargeables
  • bac plastique pour placer le contenant
  • un contenant
  • colorants alimentaires pour colorer l’eau

Côté installation, j’ai tout d’abord opté pour la cuisine le soir avec obligation de monter et démonter à chaque session, ce qui limite fortement les possibilités (25mn d’installation plus autant de désinstallation/nettoyage). Finalement, j’ai décidé de m’installer à la cave pour plusieurs raisons. La première étant que je peux laisser tout mon équipement liquidart sans gêner qui que ce soit. La deuxième étant que je peux laisser la pièce dans le noir pour faire des photos, ce qui me permet d’utiliser la technique d’openflash pour figer la photo. Au final, cela me permet de descendre pour 1/2h ou 1h quand j’en ai envie.

Pour le moment je tâtonne encore, aussi bien côté éclairage que côté « liquide ». En effet, il s’agit de « composer » son liquide avec de bonnes qualité de viscosité. Je rajoute pour cela à l’eau, de la gomme de guar, que je filtre plusieurs fois au chinois, puis au filtre café afin d’obtenir un liquide visqueux mais relativement transparent. J’ajoute ensuite divers colorant. Tout cela se fait encore un peu (complètement) au pif, mais j’obtiens des résultats plaisants. Je vous propose d’ailleurs d’aller jeter un oeil à ma galerie liquid’art.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© 2021 StefanBck

Thème par Anders Norén