StefanBck

Fragments d'instants

en vacances aux portes du Morvan

Cette année, COVID oblige, nous avons décidé d’éviter la foule et choisi d’aller nous perdre aux portes du Morvan, du côté de Clamecy (58). Au programme, repos et vacances en famille. J’ai quand même pris mon 7D et mon Minolta srt101 fraîchement acquis, histoire de ne pas partir les mains vides.

Tourisme aux portes du Morvan

Mon blog n’étant pas un blog à vocation touristique, je ne détaillerai pas les 10 jours passés dans la région. Je peux juste dire que Clamecy est très joli, que Vezelay est sympa sans plus et que Avallon c’est bof. Avec les enfants, vous devez oublier le mode « je prends tout mon temps », ce qui explique mon jugement certainement hâtif. Cardoland est tenu par les enfants du créateur qui ont le mérite de se démener pour animer le parc. La pyramide du loup vaut le détour si vous vous intéressez à ce canidé et à son mode de vie. La balade en kayak sur la cure c’est sympa à faire en famille. Le lac des Settons, doit être agréable quand il ne pleut pas ou qu’il ne fait pas froid.

balades & randos

Au delà de tout ça, cette jolie région nous a permis de découvrir des endroits magnifiques et reposants, parfois un peu trop touristiques, parfois sauvage et peu fréquenté.

Plusieurs randonnées ou balades au programme dont une qui nous a mené au saut de Gauloux et  à la cascade des Gorges de Narvau. Une randonnée du côté de Pierre-perthuis et ses 2 ponts.

Fun

Enfin, j’ai profité de ces vacances avec une pollution lumineuse limitée pour tenter de nouvelles photos de voie lactée, visibles dans la section Nightscapes, et initier la famille aux bases du lightpainting avec plus ou moins de réussite.

Côté argentique, j’ai utilisé une pellicule de 36 poses, que j’ai déjà développée et qui fera l’objet d’un prochain article portant sur le développement de pellicule à l’époque du numérique.

Best-of

Cette dernière galerie avec le « best-of » des photos du séjour

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© 2021 StefanBck

Thème par Anders Norén